Archives mensuelles : mai 2009

À propos de Match de catch…

La critique [evene]
La note evene : 5/5La note evene : 5/5 par Mikaël Demets

Loin de tout misérabilisme, la rencontre des auteurs du Frémok avec les artistes du CEC La Hesse transcende la simple confrontation entre handicapés et non-handicapés pour raconter la recherche d’un terrain d’entente entre deux conceptions de l’art. S’affronter sur le ring, c’est évoluer dans le même espace, suivre des règles communes : ici le catch n’oppose pas deux combattants qui luttent l’un contre l’autre, mais deux voix qui luttent ensemble, mues par la même volonté de trouver un équilibre. L’ouvrage est d’ailleurs habité par une violence palpable, instinctive, exacerbée à travers la fascination pour les armes, fantasmée ou raillée lorsqu’elle s’apparente aux muscles de Van Damme et Hulk Hogan, implicite sous l’âpreté de certaines planches. Parfois, les univers s’entrechoquent, comme lorsque Gipi et Oost opposent leurs imageries respectives de la guerre. D’autres fois, la fusion est telle que l’on ne parvient plus à deviner qui fait quoi : l’art brut se mêle aux techniques graphiques pointues, les auteurs s’influencent mutuellement pour imaginer une nouvelle voie à explorer. La grande force de ce livre réside dans son pouvoir de suggestion ; chaque variation de ton impressionne le lecteur au point de susciter toutes les émotions imaginables. Ainsi, à l’hilarant ‘Hulk Hogan contre l’orthodontiste’, sans nul doute la bande dessinée la plus délirante de l’année, succède la majesté silencieuse d’un angoissant noir et blanc, dans un ‘Après la vie, après la mort’ rendu plus mystérieux encore par sa narration lacunaire. De même ‘Full Coeur de Lyon’, avec son Van Damme d’opérette, fait sourire avant de devenir poignant, traversé par des préoccupations viscérales, comme l’importance du frère. Aussi drôle qu’inquiétant, aussi troublant que naïf, à la fois foutraque et beau à couper le souffle, ce recueil sursaute, bifurque, déraille, s’emballe à chaque page. Et entraîne le lecteur dans un tourbillon de sensations étourdissantes dont il ne sort pas indemne.

Poster un commentaire

Classé dans revue de presse

Le livre noir, port-folio antiste

Dans la foulée antiste du Blackbookblack, ce port-folio a été commandé par la médiathèque de Sion, il est tiré à cinq exemplaires numérotés de 1 à 5.

photo-6

consulter ce lien pour plus d’informations

1 commentaire

Classé dans saines lectures

Arto et Thierry Van Hasselt aux 24h de la BD de Grandpapier.org

24H

Deux valeureux koulouts du Frémok, père et fils VH, se sont mêlés à la crème de l »émergence vélobédétiste pour courir les 24h de la BD.

Dans le peloton, on ne mit  pas  longtemps à reconnaitre Etienne Beck, Joanna Lorho, Alexande de Moté, Carl, Noémie Marsily, Monsieur Pimpant, Cédric Manche, Sacha Goerg, Bert, Christophe Poot, William Henne, Zoé Jusseret, Joseph Falzon et j’en passe et des meilleurs.

Retransmission en direct et en différé sur Grand Papier.org

Poster un commentaire

Classé dans évènements

l’Ascension du Frémok

PRESSE-05-09-2

Venez retrouvez les livres formidables du Frémok et les présences irradiantes de Carmela et Eve au Salon du livre d’artistes les 21 et 22 mai à Lille

Toute l’info

Poster un commentaire

Classé dans évènements

WON KINNY WHITE – Richard Bawin chante

cover vinylewon-kinny-white-11

« Won Kinny White » est le nom donné par l’artiste trisomique Richard Bawin à un ensemble de morceaux de musique crées autour et avec son interprétation très personnelle de chansons inventées et improvisées, qu’il a toutes titrées lui-même.

Les enregistrements ont été réalisés au studio de l’atelier musique du CEC La Hesse à la fin de l’année 2008 grâce à la complicité de Jonas Lambert et Nicolas Chaput (musiciens invités) et d’un autre participant des ateliers, Sébastien Rion. A partir de plusieurs heures d’enregistrements, Antoine Boulangé a sélectionné 6 morceaux de quelques minutes.

won-kinny-white-2La couleur musicale de cet album, apportée par les musiciens non handicapés, s’accorde au timbre et au débit de la voix de Richard Bawin, dont la présence scénique complète l’ambiance des compositions.

Voir le myspace

Le graphisme de la pochette, ainsi que ceux des T-shirts, titres et posters ont été réalisés en sérigraphie à partir de linogravures originales de Richard Bawin. Ainsi une autre part de son univers artistique s’offre à vous, tout en donnant une consistance homogène au projet.

Les compositions originales de « Won Kinny White » sont gravées sur une clé usb.

Libre à vous de vous fabriquer votre cd (voire votre vinyle !) et d’utiliser l’imagerie de Richard Bawin pour l’illustrer…

Le packaging complet est en vente au prix de 35€ au CEC La Hesse.

Composition: un t-shirt, une pochette vinyle, trois sérigraphies et une clé usb!

Contact : lahesse@skynet.be

b-n-b-jpegdeux-y polnareff

Poster un commentaire

Classé dans objets de kultes

Michael Matthys dédicace LA VILLE ROUGE

A l’occasion du Printemps des Musées 2009 et de sa nocturne,
dans le cadre de l’exposition événementielle

Tin Town

Le samedi 16 mai, de 15h à 18h : Séance de dédicace par  Michaël Matthys de l’ouvrage « La Ville rouge » (éd.FRMK)

Au Palais des Beaux-Arts de Charleroi (Place du Manège)

Renseignements et Réservations : 071/86.11.34-35 ou 36

(ci dessous article du soir (mad) du 08 avril 2009)

soirmad8-4-2009

1 commentaire

Classé dans évènements, revue de presse

LA VILLE EST UN TROU : JEAN-FRANÇOIS PAUVROS et CHARLES PENNEQUIN

dsc042501

Texte de Charles Pennequin et musique de Jean-François Pauvros

Vendredi 08 mai,  20h30-22h30 au Grand palais dans le cadre de la force de l’art, la deuxième édition de la triennale de l’art en france

… le Nord, La Belgique, les mots qui tournent comme les manèges des ducasses, une musique de grande roue en transe… et presque belge…

 

   Breugel, Magritte sont là tapis dans le quotidien de nos villes et les fanfares intemporelles des Gilles du septième sceau, les images qui naissent ou disparaissent sous les doigts d’un peintre instantané, halluciné qui viennent tarauder nos consciences d’enfants perdus, les réseaux souterrains de nos métros cérébraux d’idées toutes faites, ou de faiblesse assumée, venues de ces consciences ancestrales pour éclater dans une danse provocatrice au ciel de notre révolte !

 

Avec sur scène :

Charles Pennequin : texte, voix

Jean-François Pauvros : musique, guitares

Vincent Fortemps : dessins, système cinémécanique

Guy Girard : film

Les Gilles et la Fanfare de Templeuve

J-M. Foussat et D. Pauvros : enregistrement

www.laforcedelart.fr

1 commentaire

Classé dans évènements