interview de Wouter Krokaert et Jeanne le Peillet

Interview réalisée par Mail par Olivier Deprez en Décembre 2006

1.Qui est Wouter Krokaert et qui est Jeanne Le Peillet?

« Wouter est grand et Jeanne est petite. »

2.Comment le choix des dessins s’est-il opéré?

Les dessins montrés dans ce livre, ne sont pas faits pour ce livre. Ce ne sont pas non plus des illustrations pour une certaine histoire. Ce sont des dessins indépendants qui font partie de notre vie quotidienne et qui donnent une image de notre regard sur ce monde qui nous entoure. Il s’agit principalement de dessins que Jeanne faisait quand elle avait entre six et neuf ans, et de dessins que je faisais plus ou moins pendant cette même période. Je sélectionnais des dessins de Jeanne que ses parents gardaient dans des fardes. Ensuite, j’allais à la recherche dans mes propres dessins, d’images qui, d’une façon ou une autre, pouvaient dialoguer avec eux. Régulièrement les dessins changeaient de place, des nouveaux apparaissaient et d’autres disparaissaient, jusqu’au jour où je trouvais que c’était ça que je voulais montrer et que c’était le moment d’aller chercher un éditeur.

3. Ce livre change-t-il la relation à Jeanne et plus largement aux enfants?

Avant de rencontrer Jeanne, en faisant des dessins pour quelques projets éducatifs, j’étais confronté à une image à mon avis fausse, que les adultes ont souvent des enfants. Le résultat était que l’on considérait mes dessins comme trop difficile pendant que moi, je trouvais que je n’allais pas assez loin.
La rencontre avec Jeanne confirmait pour une partie ce que je pensais déjà. Elle avait sept ans quand elle voyait mes dessins pour la première fois et était donc plus jeune que les enfants pour qui j’avais travaillé. Pourtant elle comprenait mes dessins, même si cette fois-ci ils n’étaient pas faits pour des enfants.
Mais notre rencontre ne contenait certainement pas que des confirmations d’attentes et de pensées, parce que Jeanne n’est pas seulement ‘un enfant qui fait ce que les enfants sont censé faire’. Elle me surprenait avec la qualité et la singularité de ses dessins.
Pendant les années où je travaillais sur ce livre, Jeanne a évidemment aussi beaucoup changé et ces changements, je les ai aperçus principalement par ses dessins, parce qu’on se connaît presque exclusivement à travers nos dessins. De cette façon-là, une intimité s’est produite, une intimité basée sur les images qu’on faisait des choses qui nous touchaient et qu’on échangeait.

4. Ce livre appartient-il au corpus de l’illustration pour enfants?

« NON ! »

5.Sinon, comment situer ce livre ?

« C’est un livre pour tout le monde: les pépés, les mémés, les adultes vieux, les adultes jeunes, les adolescents, les enfants, les bébés qui parlent … »

6.La beauté du livre provient indubitablement que jamais le dessin adulte ne songe à imiter le dessin de l’enfant et inversement. Cela révèle-t-il quelque chose de la relation enfant vs adulte ?

Si on reste soi-même, on peut donner quelque chose à l’autre. Une vielle dame peut être très belle par l’histoire et l’expérience qu’elle porte. Si elle commence à se balader en jogging rose avec un Mickey Mouse imprimé dessus, il y a des fortes chances qu’elle deviendra bouffonne. C’est pareil avec les enfants. Ils peuvent nous faire voir les choses d’une autre façon, et nous à eux, mais alors il faut rester honnête.

7.Comment Jeanne Le Peillet réagit-elle à ce livre ?

« Je m’étais pas mis dans la tête qu’il allait sortir. En le voyant (des années après) parmi les autres je ne croyais pas que c’était le « mien ». J’ai été Impressionnée par le livre au milieu des autres.
Il me plait. »

8.Comment Wouter Krokaert réagit-il à ce livre ?

En général, j’aime beaucoup le livre en tant que medium. Réaliser mon propre travail en forme de livre, d’une façon qui me convient, n’a pas été une mince affaire. La plupart des éditeurs ne savaient pas quoi faire avec mon projet, ne savaient pas où le caser, il n’y avait pas de narration, il ne s’agissait pas de deux point de vue sur un même thème, de la section art on l’envoyait à la section jeunesse pour ensuite me le renvoyer. Et puis je l’ai montré à Frémok. Maintenant le livre est là et je trouve qu’il est beau. Je le feuillette régulièrement et il me plait de pouvoir regarder ce travail facilement et quand je veux, et aussi de pouvoir le mettre de côté si je n’ai pas envie de le voir. Quand j’accroche un dessin au mur, après un certain temps, je ne le vois plus. Ce livre, je peux le regarder quand le temps est là.

9.Quels sont les projets de Jeanne Le Peillet ?

« Faire un élevage de cochons d’inde ».

10. Quels sont les projets de Wouter Krokaert ?

Continuer à chercher la beauté en y ajoutant quelque chose de moi-même, en tant que dessinateur, danseur, jardinier, … Peut-être je ferai un autre livre, un jardin, une chorégraphie pour une plante …

Jeanne Le Peillet et Wouter Krokaert

Poster un commentaire

Classé dans parutions frmk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s